dimanche 25 septembre 2016

Autre-Monde :

Tome 1 :  Personne ne l'a vue venir. La Grande TempĂȘte : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l'obscuritĂ© et l'effroi. D'Ă©tranges Ă©clairs bleus rampent le long des immeubles, Ă  la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment... AprĂšs leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagĂ©e, diffĂ©rente. DĂ©sormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre... Ă  cet Autre-Monde.

Auteur : Maxime Chattam
Maison d'Ă©dition : Albin Michel/Le livre de poche.
Tomes : 7
Genre : Fantastique.

Mon avis : 
  Si "Les Chevaliers d'Emeraude" est la premiĂšre saga que j'ai dĂ©butĂ© avec aviditĂ©, Autre-Monde est ce pourquoi j'ai voulu commencer Ă  lire. En effet ce sont sur les conseils forts Ă©logieux d'une amie que je me suis lancĂ©e corps et Ăąme dans l'aventure de l’Ɠuvre de Maxime Chattam.
Alors, qu'en ai-je pensé ?
Et bien, mĂȘme si je dois avouer que ce premier tome n'est pas mon prĂ©fĂ©rĂ© de la sĂ©rie ni mĂȘme un coup de cƓur...je l'ai dĂ©vorĂ© ! 
La premiĂšre chose qui m’a frappĂ©e (dans le bon sens du terme bien sĂ»r...) c'est la façon avec laquelle nous rentrons dans le nouveau monde de l’Ɠuvre :
Nous pĂ©nĂ©trons dans cet Ă©trange monde en mĂȘme temps que le hĂ©ro. En effet, au tout dĂ©but du rĂ©cit, nous sommes Ă  New York dans les annĂ©es 2000 dans un univers absolument normal. Nous vivons la tempĂȘte aux cotĂ©s du hĂ©ro puis, lors de son rĂ©veille, nous sommes tout aussi perdu que lui. ProjetĂ© dans un autre monde, transformĂ© en une nuit par une force inconnue.
Ensuite, c'est le monde, le nouveau monde, lui-mĂȘme qui m'a toujours Ă©normĂ©ment passionnĂ©, et me passionne encore. Tous ces paysages si incroyables qu'on a du mal Ă  les imaginer : Je pense spĂ©cialement Ă  (attention : tome 2) la ForĂȘt Aveugle avec ses arbres gigantesques (et c'est un euphĂ©misme), ses crĂ©atures toutes plus Ă©tranges les unes que les autres (le Requiem Rouge par exemple...) ou encore tout simplement les Kloropanphylles. (fin de l'alerte tome 2)
Les lois instauré par ce monde sont elles aussi trÚs intéressantes je trouve... Il ne s'agit plus de vivre mais bel et bien de survivre. Et cette épreuve, les enfants devrons l'affronter seuls.
Maintenant, passons à la partie récit :
Si on met de cĂŽtĂ© le dĂ©but de l'histoire oĂč nos hĂ©ros dĂ©couvrent ce nouveau monde, j'avoue que la façon dont se prĂ©sentait l'histoire me faisait un peu peur. 
En effet, une fois arriver sur l'Ăźle des Manoirs, l'intrigue prend une forme... d'enquĂȘte. Et j'ai eu peur que ce ne soit que ça : des enquĂȘtes menĂ©es par un groupe de trois ados tentant de dĂ©jouer des complots...
 Mais la fin de l'histoire m'a clairement fait comprendre que, non, je n'allait pas suivre une bande de petit enquĂȘteur, loin de lĂ  ! 
Conclusion :  (spoile !)
Je finirais simplement en touchant un mot sur la toute fin du tome 1, plus prĂ©cisĂ©ment sur la mort de l'oncle Carmichael :  
La guerre est terminĂ©, et le vieillard mourrant regarde ces enfants. Les Cyniks ne leur ont peut-ĂȘtre pas pris la vie, mais bel et bien leur innocence. Ils ne sont plus des enfants. Ils ne sont pas non plus des adultes (ce terme n'ayant plus du tout la mĂȘme signification qu'autrefois) Ce sont des Pans. Des enfants forcĂ©s Ă  ĂȘtre plus mature que leur Ăąge ne le leur demande par simple besoin de survie.

jeudi 1 septembre 2016

La Passe-Miroir :


Tome 1 : Les fiancés de l'hiver.
Sous son Ă©charpe Ă©limĂ©e et ses lunettes de myope, OphĂ©lie cache des dons singuliers : elle peut lire le passĂ© des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance Ă  Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre Ă  la Citacielle, capitale flottante du PĂŽle. À quelle fin a-t-elle Ă©tĂ© choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa vĂ©ritable identitĂ© ? Sans le savoir, OphĂ©lie devient le jouet d'un complot mortel.
Auteure : Christelle Dabos
Maison d'Ă©dition : Gallimard
Tomes : 2 parus, 1 encours et 1 en projet
Genre : Fantasy, jeunesse.

Mon avis :
La passe-miroir est un livre que j'ai finalement apprĂ©ciĂ© (et ceci est un mot bien faible) pour tout ce qu'il est. Il regroupe tout simplement mon univers favoris, mon personnage fĂ©minin et mon personnage masculin favoris tous livres confondus et c'est une histoire, un rĂ©cit, qui m'a pris au cƓur, m'a emmener entre ses pages. Plus Ă©tonnant encore, il est le tout premier livre qui ne me donne pas envie de le lire, le finir, vite. J'avais cette dĂ©licieuse impression de le dĂ©guster chapitre aprĂšs chapitre n'aspirant Ă  ce que jamais cela ne se termine. Mais dĂ©cortiquons un petit peu ce que j'appellerai un chef d’Ɠuvre :

I/ Le monde : 
L'univers de la passe-miroir est surement l'un des plus original qu'il m'ait Ă©tĂ© donnĂ© de connaitre. DĂ©jĂ , le monde dans lequel nous plongeons est futuriste. Nous nous retrouvons dans un livre oĂč d'immense "morceau de terre" ce sont dĂ©tachĂ©s du sol et tiennent en lĂ©vitation dans le ciel. Ce qui, plus qu'assez original je trouve est, esthĂ©tiquement parlant, trĂšs beau. Preuve Ă  l'appuie, la couverture du tome 1 arborant fiĂšrement la Citadelle m'a personnellement fait rĂȘvĂ©. Je crois mĂȘme que c'est en l'apercevant que je me suis convaincue de l'acheter.
Chaque fois que je m'imagine un scĂšne : la neige tombant dans les forĂȘt du PĂŽle. Les vastes jardins de Clairdelune. Ou mĂȘme tout simplement la salle des archives sur Anima. Chaque fois que je les revois, tous ces paysages m'apparaissent toujours plus beau, plus fĂ©Ă©riques
Mais je crois que l'effet le plus fort que m'a offert cet univers, c'est le dépaysement qu'il provoque. Il ne nous procurent aucun repÚre (ou presque) et cela nous fait chavirer sans résistance dans un monde nouveau

II/Les Personnages : 
Si j'ai autant aimĂ© ce livre ce n'est pas uniquement pour son univers (mĂȘme s'il a beaucoup aidĂ© a faire de cette Ɠuvre un coup de cƓur magistral) mais aussi pour ses personnages.(bravo, vous l'aviez devinĂ©)
Tous autant qu'ils sont, qu'on les aime ou qu'on ne les aime pas, ils nous intéressent. Ils ont tous leur propre nature, leur propre caractÚre, et tous diffÚrent les uns des autres. Et ceci et une chose qui me plait tout particuliÚrement dans un livre.
Prenons notre premier exemple voulez-vous ?

Ophélie :
 L'hĂ©roĂŻne de notre histoire, qui est donc mon personnage fĂ©minin prĂ©fĂ©rĂ© tous livres confondus. Tout chez elle, sa description physique, sa description morale, tout ce qu'elle est, tout ce qu'elle fait, tout ce qu'elle devient... tout ça m'a dressĂ© le portrait d'une femme Ă  laquelle je m'identifie certaine fois, que j'idolĂątre d'autre fois... Bref, tout cela pour dire que je l'adore
Sa façon de regarder la vĂ©ritĂ© en face, sans jamais se mentir, sans jamais se voiler la face. C'est une des qualitĂ©s que j'apprĂ©cie le plus chez cette jeune femme. C'est finalement de lĂ  qu'elle tient son don de passe-miroir. J'aime beaucoup cette idĂ©e de reflet, cette idĂ©e comme quoi les miroir ne laisse passer que ceux qu'ils reflĂštent et non quelqu'un d'autre. Il faut donc ĂȘtre soit-mĂȘme pour traverser les miroir...

Thorn :  
J'aime ce personnage pour son Ă©volution au cours du rĂ©cit. C'est un homme... Je crois que l'adjectif "froid" le reprĂ©senterait bien. Cet homme est un vĂ©ritable bloc de glace. Tout du moins, c'est ce qu'il montre au dĂ©but de l'histoire... 

 Attention, les quelques Ă©lĂ©ments suivants peuvent gĂącher votre lecture si vous n'avez pas dĂ©jĂ  lu le livre en question :  
Au fur et à mesure que le récit avance, on apprend que Thorn avait voulu protéger Ophélie en "l'intimidant" pensant qu'elle ne supporterait pas la vie à la Citadelle. Le temps glacial, tous ces complots ne jamais faire confiance à personne...
Mais voilĂ , OphĂ©lie survie et s'adapte, et ça, il le voit. Il s'en rend compte. OphĂ©lie est lĂ , au PĂŽle. Elle y est et elle y reste et finalement, il...change. Il change Ă  sa façon, mais il change tout de mĂȘme.
Personnellement, mĂȘme aprĂšs avoir appris qu'il n'Ă©pousait OphĂ©lie que pour ses talents de liseuse. Qu'il ne se faisait pas manipuler car il Ă©tait au courant de tout. MĂȘme aprĂšs tout ça j'aime encore ce personnage. Parce qu'il ma montrĂ© qu'il Ă©tait capable de changer je suppose... C'est l'une des choses pour lesquelles je suis si impatiente de dĂ©couvrir le tome 2 : Je veux savoir comment il va encore me surprendre
Fin de la zone dangereuse.

III/ Le dépaysement entre les Arches :
Au commencement de l’Ɠuvre, nous sommes sur Anima, une petite Arche oĂč vit une famille spĂ©ciale mais assez unie. MĂȘme si OphĂ©lie n'apprĂ©cie pas vraiment ses cousins, sa sƓur ou mĂȘme sa mĂšre, elle aura toujours quelqu'un sur qui compter. Elle coule une existence paisible Ă  s'occuper de son musĂ©e
Puis voilĂ  qu'elle doit partir pour l'autre bout du monde accompagner uniquement de son futur fiancĂ© et de Rosalie sa tante et chaperon... Si ça n'avait pu ĂȘtre que cela ! Car eu PĂŽle on ce hait mutuellement, on s'assassine, on complote contre sa propre famille ou contre un clan qui nous gĂȘne. Et, visiblement, OphĂ©lie n'est pas la bienvenue. Dans cet univers il ne faut faire confiance Ă  personne... 
Mais Ophélie y vie maintenant. Elle doit apprendre à y survivre plus qu'à y vivre certes, mais elle ne se décourage pas. Et comme elle ne peut pas retrouver son monde, elle fera de celui-ci le sien

En conclusion : 
Pour ĂȘtre honnĂȘte je pourrais encore vous parlez (ou Ă©crire) pendant des heures (des paragraphes) de toutes les qualitĂ©s de ce livre, mais je crois avoir fait le plus Ă©vident. Mais en dernier point, j'aimerais m'attarder sur la plume de l'auteur. Elle a le don, je trouve, de cacher dans certaines phrase le relief de toute l'histoire
" Ecoute-moi bien, fille... Tu es la personnalité la plus forte de la famille. Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne."
Ce simple et cours discours prend pour moi (depuis la fin de ma lecture) tout son sens           

Coup de ❤️