mardi 23 août 2016

Incarceron

Premier coup de coeur, deuxième chronique.


Tome 1 : Incarceron

Incarceron, une prison à nulle autre pareille : elle décide qui doit vivre...et qui doir mourir. Rien ne peut lui échapper.
Finn est un prisonnier d'Incarceron, un univers pénitentiaire plein de dangers, de trahisons et de menaces. Il tente par tous les moyens de s’évader. Claudia, la fille du directeur d'Incarceron, vit à l'extérieur, dans un royaume figé au XVIIIe siècle. Piégée par une existence qu'elle n'a pas choisie, elle cherche à percer les mystères de la Prison.Un jour, Finn et Claudia trouvent une clé, qui permet à chacun de communiquer avec l'autre. Alors surgit un espoir, la possibilité d'échapper à un destin tout tracé dont ils ne veulent pas.

                                                Auteure : Catherine Fisher
                                         Maison d’édition : Pocket Jeunesse
                                                               Tomes : 2
                                         Genre : Dystopie, Science-Fiction.

Mon avis :
Je me souviens encore de la première fois où j’ai lu le résumé d’Incarceron. Je passais innocemment devant le livre, quand je suis happée par sa merveilleuse première de couverture. Je retournais le livre et posais mes yeux sur le texte…et là…je reposais le livre. (honte à moi) Ce résumé ne me donnait pas du tout envie, et en aucun cas je n’aurais pu imaginer ce que je ressentirai en le découvrant plus tard.
La seconde fois, je le pris. Je ne savais pas bien quoi lire et j’avais envie d’un peu de nouveauté. Tout de même, je restais réticente… Après la mauvaise surprise que m’avait offerte « Time Riders » je sus que la science-fiction était un genre avec lequel j’avais, et aurais par la suite, beaucoup de mal. Pourtant, cette fois, rien à voir.
Pour commencer, l’univers se découpent en deux partis distinctes sur lesquels nous balançons régulièrement tout au long du récit :
  • Incarceron : Nous plongeons dès le premier chapitre dans un univers carcéral mais interpréter d’une manière…originale, je dirais. Les prisonniers d’Incarceron sont, certes enfermé dans un monde apocalyptique et perfide, mais dans un mon vaste. Ils ne sont en aucun cas retenu dans de petites cellules étroites. (Chose à laquelle je m’attendait au premier abord.) Cette façon séquestrer ses gens sans qu’ils ne puissent être sûr d’être bien enfermé, plonge les personnages dans un sentiment de doute constant. La communauté se découpe alors en deux groupes : Ceux qui vont jusqu’à penser que L’Extérieur n’est qu’une invention, un rêve, une utopie. Et enfin, ceux qui garde espoir, croyant dur comme fer que Sapphique aurait bel et bien réussit à s’enfuir et à rejoindre L’Extérieur.
  • L’Extérieur : Un monde figé au XVIII siècle que l’on découvre, petit à petit, dans toute sa complexité. L’Humanité, qui aurait continué à sombrer dans les erreurs que leurs ont apporter les progrès de la technologie par exemple, doit respecter un Protocole. Celui-ci exigeant que : tout objet ayant été inventé à une date ultérieur à laquelle s’est figée la société soit oublié, bref, jamais utilisé. (pour ne citer que cela) Dans ce cadre censé futuriste Catherine Fisher nous emmène au XVIII siècle, quelque fois entrecoupé d’anachronismes qui prennent tout leur sens puisque certain personnages refusent de se soumettre entièrement au Protocole.      
***

En effet, ces deux univers m’ont vite poussé à continuer ma lecture de plus en plus passionnante, mais c’était sans compter les merveilleux personnages que contient l’oeuvre. Chacun différents, très bien creusé et tout aussi bien utilisé dans le récit, ils m’ont tout simplement fasciné. L’auteure arrive à nous faire éprouver une ribambelle de sentiments : passant de la haine la plus pure à la sympathie la plus improbable. (Je citerais en exemple : Keiro et le directeur d’Incarceron, mais je n’en dirais pas plus.)
Mais j’aimerais donner un autre exemple, important pour moi…Incarceron. En effet Incarceron est, de mon avis, un (pour ne pas dire LE) personnage principal. C’est une prison, oui, mais ses « sentiments » et ses intentions nous reste finalement étrangères, dans le premier tome en tout cas. Il y a aussi Sapphique, personnage tout autant bien pensé que mystérieux. On en apprend très peu sur lui dans le premier tome, et presque toutes ces informations nous sont donnés dans ses citations…tout simplement merveilleuse !
C’était, je pense, une excellente idée que de présenter ces citations à chaque début de chapitre. Certaines sont à vous couper le souffle.

Qui peut décrire l’immensité d’Incarceron ?
Ses couloirs, ses viaducs, ses précipices ?
Seul l’homme qui a connu la liberté
Peut connaitre sa Prison. 


                                                                             ***

Sapphique sortit de Tanglewood et vit la forteresse de bronze. De toutes parts, des gens se précipitaient derrière ses murs.

Venez à l’intérieur, le pressèrent-ils. Vite ! Avant qu’elle n’attaque ! 

Il regarda autour de lui. Le monde était de métal et le ciel aussi. Eparpillés dans les plaines de la Prison, les gens ressemblaient à des fourmis.
Avez-vous oublié que vous êtes déjà à l’Intérieur ? demanda-il.
Mais ils l’ignorèrent, convaincus qu’il était fou. 


                                                                             ***

Après toutes ces années, ce moment
Après toutes ces routes, ce mur
Après tous ces mots, ce silence
Après tous ces efforts, cette chute


Enfin, je conclurai par ce avec quoi j’aurais peut-être dû commencer… Au début, il faut s’accrocher. J’ai personnellement eu du mal m’immerger entièrement dans l’histoire au cours des tous premiers chapitres. Ceux-ci étant un peu compliqué à comprendre et donc à lire sans quelques éléments qui ne nous sont donnés que plus tard. Plus d’une fois, j’ai eu envie de poser le livre, mais j’ai continué. Et finalement, je ne regrette absolument pas cette expérience, qui restera pour moi, un coup de coeur fantastique.
Coup de ❤️ !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire